Ludique et Fantasmagorique

On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation. [PLATON]

18 mars 2009

Délaissé... mais revenue avec Jonathan Strange & Mr Norrell

Bonjour à tous,

Je tiens à m'excuser pour l'absence et le manque de présence sur ce blog. De grandes questions me parviennent et je ne sais comment les résoudre.  Mais je reviens avec le beau temps et des lectures pleine de promesses.

Etant inscrite au programme Masse Critique, je devais fournir une critique à propos du livre reçu, qui n'est autre que Jonathan Strange et Mr Norrell.


Roman écrit par Suzanna Clarke.

strange


Présentation de l'éditeur
:

1806. Dans une Angleterre usée par les guerres napoléoniennes, un magicien à l'ancienne mode, Mr Norrell, offre ses services afin d'empêcher l'avancée de la flotte française. En quelques jours, les Anglais ont repris l'avantage. Norrell devient la coqueluche du pays. C'est alors qu'il fait la connaissance d'un jeune et brillant magicien, Jonathan Strange. Ensemble, les deux hommes vont éblouir l'Angleterre par leurs prouesses. Jusqu'à ce que l'audacieux Strange, attiré par les aspects les plus sombres de la magie, provoque la colère de Mr Norrell...

_______

Mon avis :

Jonathan Strange & Mr Norrell, le premier roman de Suzanna Clarke s’est écoulé, apparemment, à des millions d’exemplaires en quelques mois… Forcément... avec un engouement médiatique pareil à Harry Potter, les affaires marchent pour les éditeurs. Heureusement, je n’ai pas succombé à la tentation publicitaire, et grâce à Babélio j’ai enfin pu découvrir ce blockbuster.

Dans l'Angleterre des guerres napoléoniennes, le dernier vrai magicien, Gilbert Norrell, se rend à Londres pour offrir ses services à la Cour. De succès en victoires, il fait la connaissance du jeune Jonathan Strange qui aspire à devenir le plus grand des magiciens. Ensembles, ils parviennent à éblouir l'Europe de leurs exploits. Mais une erreur de Mr Norrell les amènera à affronter un redoutable adversaire immortel, le garçon-fée Lare, et à subir les douloureuses épreuves que sa folie leur infligera. Seul Strange, attiré par l'héritage mystique de John Uskglass, dit Le Roi Corbeau maître absolu de la magie de trois mondes, sera en mesure de sauver les personnes torturées par Lare dans son château, mais il lui faudra en payer le prix. La culpabilité de Mr Norrell découverte, Strange et lui se livrent une guerre sans merci pour le contrôle de la magie, animés l'un par la soif de connaissance et l'autre par la vengeance, mais tous deux manipulés par un ennemi aux plans tortueux et sinistres...

Il faut savoir prendre son temps pour cet énorme roman, prendre son temps et ne pas espérer de l’action, des rebondissements, du suspens à toutes les pages. Il faut surtout savourer le ton ironique, délicieusement humoristique et la galerie de personnages qui gravitent autour des deux magiciens. Le style d'écriture donne tous son sel à Jonathan Strange & Mr Norrell. En effet, le roman est écris à la manière des romans du XIXème siècle (un critique comparait d'ailleurs Clarke à Jane Austen écrivant de la fantasy). Le détail est tel que de fausses notes de bas de page parsèmes le roman pour faire "plus vraie". C’est ainsi que la romancière se noie dans des détails inutiles, dans la description de personnages sans intérêt, dans des faits interminables.

Le drame de Jonathan Strange & Mr Norrell n’est pas d’être un mauvais roman, car le ton ironique s'avère relativement agréable et globalement nous (les lecteurs) avons envie de connaître la suite. Mais son immense problème est d’être deux fois trop épais, de contenir approximativement six cents pages de longueurs inutiles et de créer un suspens qui à force de s’étendre finit par se diluer. Arrivé à la fin de ce roman demande une véritable opiniâtreté, voir même une certaine abnégation.

Ma note : 2/5

Lu dans le programme de Masse Critique de Babélio et dans le challenge ABC 2009.

Posté par CendreSombre à 10:39 - 1.3 Fantasy - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est marrant, l'ayant lu le mois dernier, je trouve que ces notes sont on ne peut plus intéressantes Ce sont littéralement de vraies bouffées d'air, des fausses références délicieuses (mais tout est avis personnel)

    Cependant, comme tu le dis, il faut apprendre à savourer ce roman. Je pense que les pages que nous trouvons (nous = la majorité des lecteurs) comme relativement lassantes sont en fait, indispensables pour positionner les personnages et connaitre leurs caractères... ce qui joue sur la fin que je trouve très bien... léchée !

    Posté par Acr0, 18 mars 2009 à 13:37
  • J'ai ce roman dans ma Pal. Même les avis négatifs me donnent envie de le lire. J'attends juste d'avoir plus de temps.

    Bon retour!

    Posté par Isil, 18 mars 2009 à 14:47
  • J'ai eu pas mal de retour positif avec ce livre, mais étrangement, je n'arrive pas à me laisser tenter. La taille en effet, me rebute un peu, mais en général ce n'est pourtant pas un soucis. Disons que la 4ème de couverture n'arrive pas à me convaincre.

    Posté par hydromiel, 19 mars 2009 à 11:31
  • Je suis contente de te voir de retour ^_^ en ce qui concerne ce livre, j'ai un peu le même avis qu'Hydromiel.

    Posté par La liseuse, 19 mars 2009 à 18:48
  • c'est drôle ... une fois passé l'engouement médiatique unanime on voit arriver des commentaires plus mitigés sur ce roman. il traîne dans ma PAL depuis un bon bout de temps maintenant, faudra bien un jour se lancer...

    Posté par Lhisbei, 22 mars 2009 à 21:34

Poster un commentaire